DROIT DE REPONSE A TF1 : CEST CANTELOUP DU 11 MAI 2016 "voir le replay"

 

CNETH

 

LA CARICATURE, LA DERISION SUR UN CANDIDAT

A L'ELECTION PRESIDENTIELLE

DOIVENT AUSSI RESPECTER

LE DROIT A L'IMAGE

DE CHACUN DE NOS CONCITOYENS ...

 

A voir l'expression de "CEST CANTELOUP"

sur TFI (en replay) du 11mai 2016

 

https://www.facebook.com/CCanteloup.tf1/videos/842569255849379

 

 

 


 11-22 mai 2016

http://www.festival-cannes.com/fr/

 

 Profitant de l'ouverture du Festival de Cannes,

tout en reprenant le titre du film "THE REVENANT",

l'humoriste CANTELOUP

use de la caricature e

t tourne en dérision l'annonce de Jean LASSALLE : 

celle de sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.

 

Avec l'objectif de la marginaliser, il utilise aussi les images d'une réunion "privée", celle de la CNETH qui s'est tenue au Mans en 2015, laquelle était consacrée aux difficultés des entreprises à taille humaine et à leurs conséquences sur la destruction massive d'emplois.

 

Réunion qui s'est inscrite dans le contexte de  la liquidation judiciaire annuelle de plus de 60 000 entreprises, sur décisions judicaires des tribunaux de commerce : sujet d'autant plus grave, lorsqu'on sait que cette "casse à la Française convenue par une justice d'exception", produit chaque année la destruction de  plus de 500 000 emplois. En dix ans, si on incorpore les destruction d'exploitations agricoles, c'es plus de 600 000 entreprises à taille humaine : un jeu de massacre contemporain, qui n'a quasiment pas mobilisé l'univers politique (**) ...".

 

François COLCOMBET - Jean-Louis DEBRE (3) - Jean LASSALLE - Guy CANIVET - Eric de MONTGOLFIER (4) - Antoine GAUDINO (5) sont des personnalités (Députés et, ou Magistrats), qui ont fait exception, notamment  lorsque François BOURLET et Didier LOISEL, en 2003, au nom de la CNETH, publièrent un ouvrage de près de 400 pages qui a prenait date : "ARRETONS LE JEU DE MASSACRE / 500 000 entreprises détruites en dix ans !" (2) .

 

Jean LASSALLE, en qualité de Député, qui fut chef d'entreprise, s'était lui aussi intéressé à cette grave situation, raison pour laquelle  il participait à la réunion du Mans en 2015.

 

Ainsi, à l'égard de femmes et hommes de terrain qui osent entreprendre,

 

"via l'expression de CEST CANTELOU"

 

 il est curieux qu'un grand média de l'importance de TF1

 respecte si peu le droit à l'image (de ceux qui se battent

au nom de l'intérêt général),

même sous couvert de la caricature et de l'ironie ...

 

Plusieurs membres de la CNETH, présents à la tribune lors de la réunion de 2015 sont donc l'objet de la caricature de CANTELOUP, certes pour mieux tourner en dérision la candidature de Jean LASSALLE à l'élection présidentielle.

 

A l'instant où les images de CNETH ont été utilisées, Jean LASSALLE n'était pas candidat à l'élection présidentielle, il ne faisait que de participer activement aux débats sur le triste sort réservé aux victimes d'une crise économique et durable dans notre pays, notamment à l'égard des entrepreneurs et des chômeurs à l'épreuve de difficultés.

 

Ainsi, les personnes, objet de caricature de CANTELOUP dans l'expresion de "THE REVENANT du 11 MAI 2016 au 20H00 de TF1 (1) ", invitent  CNETH à rappeler qu'à cette réunion et sur les images sont caricaturés François COLCOMBET, ex député de centre-gauche (PS), magistrat honoraire et de Jean LASSALLE (Député indépendant, de centre-droit), ainsi que plusieurs membres du conseil d'administration.

 

En caricaturant plusieurs des membres présents  à la tribune du Mans, plus exactement par des propos "imaginaires" attribués  à Jean LASSALLE sur des ministres qu'il désignerait, TF1 nuit à l'image de CNETH, notamment de membres qui ne sont inféodés à aucun parti politique, même si CNETH considère Jean LASSALLE et François COLCOMBET, élus de la République, comme des hommes très à l'écoute de la France profonde ...

 

HUMOUR DECALE & DROIT DE REPONSE ?

 

"CEST CANTELOUP, avec humour, irronise dans l'expression

de "the REVENANT / Jean LASSALLE" sur Jean-Claude,

le druide de service (présent à la tribune, à proximité dES Députés COLCOMBET &LASSALLE),

lequel sous la caricature de situations dans l'ouest de la France

à souhaiter lui réponde avec humour sous la signature de l'horiste CHA-U.

 

Au titre d'un droit de réponse,

CNETH reproduit son dessin humorisqtique, ci-après " :

 

 

 

CNETH n'entend pas dénoncer outre mesure

la caricature et la dérision,

les considérant comme des moyens

pour mieux agir dans une société de liberté,

mais dénonce le non respect de son droit à l'image...

 

Ainsi, CNETH invite TF1  

à s'intéresser aux analyses et revendications de CNETH : 

 

"elles s'inscrivent dans un combat d'une quinzaine d'années,

au nom de l'intérêt général et d'un mieux vivre ensemble ...".

 

Résultat de recherche d'images pour "image des lanceurs d'alerte gratuite libre de droit"

 

Vis à vis des responsables de l'expression de l'émission "CEST CANTELOUP" à une heure de grande écoute le 11 mai 2016, a été caricaturé l'image des personnes à la tribune de cette réunion, alors que celle-ci était consacrée à l'expression des  victimes d'une justice économique expéditive.

 

Suite à cette réunion, en tant que lanceur d'alerte, une vingtaine de situations de victimes  a été portée à la connaissance du Président de la république : l'une de ces victimes présente à la réunion décèdera quelques jours plus tard, alors qu'elle avait occupé durant sa vie de très hautes responsabilités en matière de sécurité nucléaire ...

 

Dans quelques jours, nous mettrons en ligne "sous couvert de prête-noms", le résumé des histoires de cette vingtaine de victimes ...

 

CNETH demande un droit de réponse à TF1, sans esprit polémyque, mais avec l'espoir que cette importante chaîne de télévision soit plus à l'écoute de situations, souvent dramatiques ...

 

(1)  https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Revenant  / The Revenant est un film d'aventure américain réalisé, coécrit et coproduit par Alejandro González Iñárritu[1], sorti en 2015. Le film est partiellement adapté du roman Le Revenant de Michael Punke[2] et est fondé sur une histoire vraie, celle de l'exploit accompli en 1823 par le trappeur Hugh Glass. The Revenant est le film le plus nommé aux Oscars 2016, avec douze nominations au total. Il en remporte seulement trois : celui du meilleur réalisateur pour Alejandro González Iñárritu, celui du meilleur acteur pour Leonardo DiCaprio, et celui de la meilleure photographie pour Emmanuel Lubezki, ainsi que trois Golden Globes, dans les catégories meilleur film dramatique, meilleur réalisateur et meilleur acteur dans un film dramatique [3].

 

(2)      Résultat de recherche d'images pour "arretons le jeu de massacre"

Ouvrage rédigé en 2003, dont les co-auteurs sont François Bourlet et Didier LOISEL

 

(3)            Résultat de recherche d'images pour "jean-louis debré ce que je ne pouvais pas dire" 

www.laffont.fr/site/ce_que_je_ne_pouvais_pas_dire_&100&9782221146347.html

 

(4)             Résultat de recherche d'images pour "eric de montgolfier une morale pour les aigles"

 Une Morale POUR LES AIGLES, une autre POUR LES PIGEONS "Paru chez Michel LAFON"

 

(5)              La Mafia des tribunaux de commerce 

LA MAFIA DANS LES TRIBUNAUX DE COMMERCE "paru chez Albin Michel"

 

 

(6)A la rencontre des français

A la Rencontre des Français "paru chez Cherche midi"

 

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2016/05/12/jean-lassalle-devient-the-revenant-dans-l-emission-de-canteloup,2024129.php

Titre 

 

DANS L'URGENCE, UNE LEGISLATION

PROTEGEANT DES LANCEURS D'ALERTE

S'IMPOSE A L'ECHELLE EUROPENNE

 

Comme l'exprime Philippe LAMBERTS, Député Européen, il est plus qu'urgent qu'une directive européenne s'impose aux 28 Etats de l'Union Européenne, garantissant une protection aux lanceurs d'alerte.

 

En septembre dernier, alors que TF1 caricature l'action de Jean LASSALLE (et indirectement celles de CNETH), nos amis Députés et ex-magistrats, étaient présents à une réunion de travail où étaient présentée l'histoire de 25 justiciables, victimes d'acte de prédation et de dysfonctionnements "graves" de services régaliens de notre république.

 

Contexte qui nous invite à révéler "via des pseudos"  les "extraits" de l'histoire d'une vingtaine de victime lesquelles ont été  remises le 25 juin 2015 au Président de la République,  

 

Nous diffusons ci-après, ces extraits, tout en rappelant que plusieurs des victimes, dans leur domaine respectif, ont été, elles-mêmes lanceur d'alerte.

 

Au niveau de notre Gouvernement et du Parlement Européen, nos representants n'ignorent pas le fait que CNETH revendique, au nom de l'éthique et d'une mieux vivre ensemble (pour protéger les actifs de production et les emplois induits), une législation Française et Européenne en matière de proction des lanceurs d'alerte et de class-action (actions collectives au nom de l'intérêt général, qui seraient réservées à certaines associations de victimes), à l'instar de ce qui existe aux Etats-Unis et au Canada.

 

Les affaires LUXLEAKS Antoine DELTOURG (Luxembourg) - écoutes de la NSA - Affaires SWISSLEAKS  & PANAMASPAPERS? auxquelles on peut à présent relayer les affaires d'abus sexuels, justifient à elles-seules, l'urgence de ces évolutions législatives ....

 

Au nom des victimes et des histoires qu'elles nous ont témoignées, nous diffusons ci-après une vingtaine d'affaires, très représentatives de ce qui existe en matière de prédation dans l'univers économique et social (sujet où les lanceurs d'alerte subissent de graves représailles et empêchement de vie ...). 

 

 

Extrait du document confidentiel, remis au Président de la République le 25 juin 2015…

Réflexion réalisée, sur demande de sociétés de production en matière cinématographique »

Hypothèses de corruptions à tous les étages du fonctionnement républicain,

via de nombreux  dysfonctionnements et l’examen d’une vingtaine de situations,

issues de témoignages et de documents analysés…

« Certaines affaires n’ont jamais été révélées dans les médias»

 

SECTEURS D’ACTIVITE

AFFAIRES REVELEES….

 

1/  Résultat de recherche d'images pour "image finances gratuit libre de droit"Au sein des banques (et pour partie dans le domaine agroalimentaire et des nouvelles technologies) se révèlent des affaires scandaleuses à dimensions nationales, voire internationales (voir les 4 mensonges selon goldup http://goldup.fr/2013/04/mensonges-des-banquiers.html) :

A/1 BA : Affaire scandaleuse aux dimensions multiples, où 15 banques seront finalement condamnées en 2014, qui au delà des condamnations de « façade » révèle d’immenses pratiques en matière de corruption (à dimension internationale), où le Bâtonnier des  avocats fut condamné à 7 ans de prison.

Les médias locaux lors de la révélation de l’affaire en ont parlé, mais si peu, sans en faire une profonde analyse, alors qu’elle démontre à elle seule, comment se met en place la corruption en bande organisée, entre certaines banques, des partis politiques et des organisations professionnelles, voire en matière de justice économique, etc.

Finalement, peu (ou pas) de condamnation de personnes qui ont mis en œuvre ces schémas de corruption, avec « en arrière plan, de vraisemblables transactions financières, afin d’éviter de révéler à la fois des pratiques de membres actifs de celle-ci, résurgence d’une précédente affaire, celle de S …, etc.

Ainsi, plusieurs des personnages incriminés, qui connaissaient parfaitement ces pratiques, fort de leur expérience dans les « magouilles » ont poursuivi leur chemin : vingt ans plus tard, certains de ces personnages se présentent comme des individus « vertueux » et sont à la tête d’organisations nationales, exerçant leur influence via des lobbies …  

Ainsi, cette affaire est arrivée à son terme au moment du départ à la retraite du mandataire judiciaire qui a suivi toute l’affaire : un des substitut du procureur de la République de l’époque, écœuré,  a préféré quitter l’univers de la justice correctionnelle …

A/2 B-----P : un scandale d’une immense corruption internationalisée, qui coute de l’ordre de sept milliard d’euros de dommages et intérêts à verser aux Etats-Unis, situation qui sera finalement à la charge des contribuables Français : où sont les vraies responsabilités et les dirigeants de la banque qui ont mis au point cette immense corruption : sont-ils l’objet de poursuite, si oui par qui ? Derrière ce sujet, il ne serait pas inutile de mettre en exergue, comment ces banques « délinquantes » opèrent dans leurs actions néfastes, contribuant de fait à l’alourdissement des charges vis-à-vis des contribuables ?

A/3 TB : « A voir », s’agissant du commerce international d’animaux de reproduction, vivants : l’affaire est en cours, avec l’analyse d’une préfecture et d’un commissaire au redressement productif et l’intervention, en arrière plan, d’un lanceur d’alerte, qui révèle le détournement de donations …

A/4 CH : Affaire somme toute banale d’une difficulté d’entreprise, qui va très vite conduire ce fabriquant de petits avions à la confrontation avec une mafia, dès lors qu’il découvre que ses ennuis sont liés aux vols « dans l’espace aériens » de ses appareils sur une zone où se déroule un trafic international de stupéfiants (largage de drogues) : des notables sont impliqués dans ce trafic… Le monde de la nuit est concerné…

A/5 LO : AGRICULTEUR – ELEVEUR : avec un cheptel de 250 têtes qui disparait, l’affaire met en cause de nombreux acteurs, classés parmi les prédateurs…

La banque prêteuse de l’exploitation, pour une somme dérisoire « dix mille euros », l’a mise en redressement, puis sous l’influence d’un mandataire, a obtenu sa liquidation … Les biens immobiliers et l’ensemble du cheptel ont été vendus au dixième de leur prix « aux prédateurs », avec la complicité de membres relevant de la justice : une partie des animaux meurt dans l’opération. L’agriculteur est aujourd’hui à la rue, alors que 800 000 € du patrimoine a disparu, avec une spoliation qui s’évalue aux environs de 600 000 €. Un procureur a été saisi…

A/6 CB : Convoitises de prédateurs en bandes organisées pour abattre une entreprise aux projets fulgurants dans la production innovantes de biomasses 100% naturelles (aux forts potentiels), confrontée aux actes de prédations de groupes industriels contrôlés par la finance folle : la spoliation est au rendez-vous avec des  vols à grandes échelles de cargaisons de milliers de tonnes… 

Des preuves irréfutables sont constituées, non encore révélées au grand public : elles démontrent à elles seules, les éléments d’une guerre économique auxquelles sont confrontées des entreprises à taille humaine « ETH ». Dans cette affaire, la bande organisée a été découverte, l’une des filiales d’une société du CAC, qui serait recéleur du vol scandaleux (les enquêtes de police le prouvent, nous dit-on ?). Banques, mandataires et filiale du CAC 40 sont gravement mises en cause…

A/7 FO : Comment la banque verte créa une société réservée à prendre des participations au sein de PME « Cap- … », qui fut bradée abusivement par des prédateurs de la justice ? Pris la main de le sac avec la complicité d’un TC et d’auxiliaires de justice, la banque tenta de faire porter le chapeau à l’un de ses cadres, c’est ce qu’exprime le lanceur d’alerte. Derrière cette affaire, derrière ce témoignage se révèlent les pratiques « douteuses et scandaleuses » de la finance folle et les complicités entre banques et justice économique…

 

2/ Résultat de recherche d'images pour "image des scandales dans laboratoires pharmaceutiques gratuit libre de droit" Omerta et corruption dans l’industrie pharmaceutique : l’argent ROI ayant pris le pas dans les laboratoires pharmaceutiques, les financiers gouvernent, alors que les chercheurs subissent leurs méfaits : des lanceurs d’alerte dénoncent les effets des médicaments « qui tuent » !
 

B/1 BD : Comment obtenir une autorisation de commercialiser un médicament sans étude clinique pour le justifier ou maintenir un médicament inefficace ? La police américaine est sur l’affaire…

B/2 PJ : Comment réserver un médicament plus sûr pour le marché américain et moins pour la France à partir de matières premières différentes ?

3/ Résultat de recherche d'images pour "image des scandales dans les tribunaux de commerce gratuit libre de droit" L’organisation judiciaire économique, en présence des banques, est infiltrée par des personnages pour le moins, peu recommandables. Sont ainsi confrontés les justiciables face au service public de la justice :

C/1 AU : Témoignage d’acteurs qui connaissent les dessous d’une affaire d’immenses corruptions, via le personnage qui a financé toutes les campagnes d’un Garde des Sceau.

C/2 MM : Avec cette affaire, qui fut il y a quelques années l’un des plus gros dépôt de bilan dans l’univers de la Grande Distribution, au moment où ce groupe était évalué à plusieurs centaines de millions d’euros, il tomba dans un guet-apens, mis au point au sein d’une entente entre concurrents Français, qui voulaient éviter l’implantation d’un concurrent anglo-saxon… Guet-apens organisé avec la complicité active de certaines banques du groupe, qui étaient elles-mêmes dirigées par de hauts responsables de la grande distribution ».

Le groupe familial tombât dans le guet-apens qui le mena au dépôt de bilan : « derrière l’affaire, se profile le fils d’un procureur de la République qui, après avoir été directeur financier dans ledit groupe, devint mandataire judiciaire puis mandataire ad ‘hoc, ce qui lui a permis de se bâtir  une fortune colossale « extravagante », aux détriments des créanciers et actionnaires de l’entreprise familiale.

L’affaire devrait avoir un retentissement judiciaire à fin 2015. A 88 ans, l’ex-Pdg du groupe, malade, se bat encore pour faire éclater la vérité et les dessous de l’histoire de sa chaîne de magasins : « professions réglementées et banques, dans le champ de convoitises, sont au cœur de l’histoire ». Antoine Gaudino (auteur de la Mafia des tribunaux de commerce, connait aussi les dessous de cette histoire …).

C/3 FC : Témoignage d’un haut personnage du Droit, qui connait les dessous du casse du siècle dernier …

C/4 BO : David contre Goliath : alors que toutes les preuves (et même des décisions judiciaires) d’une affaire scandaleuse sont réunies par la justice elle-même, la victime doit recommencer à zéro ses procédures 18 ans plus tard, sic… Dans cette affaire, deux auxiliaires de justice ont été condamnés, mais les dommages collatéraux, quasiment pas ou peu réparés !!!

Une interminable histoire qui, à l’examen de la situation démontre comment peut arriver du jour au lendemain et à n’importe quel citoyen, la confrontation avec un intouchable régional, auxiliaire de justice de son état… Selon toute vraisemblance, la victime a eu le tord de posséder une jolie maison à Paris, qui intéressait l’homme de robe, en dépit que les propres sociétés de la victime avaient déjà réalisé 38 bilans excédentaires. Cet homme de robe que nous qualifions « d’intouchable » faisant partie de réseaux, a le pouvoir d’anéantir du jour au lendemain sa vie : c’est le sens des révélations de BO …

C/5 FM : Il est permis d’être spolié par un auxiliaire de justice alors que l’entreprise n’a aucun passif, au moment où cet artisan maçon prend sa retraite. Scandale et spoliation qui se produisaient au moment où la maison du couple était en vente et en cours de signature chez le Notaire…

Affaire sordide qui s’est produit, alors même  que la Cour d’appel confirmait l’inexistence de passif au sein de la TPE. Mais, cela se produisait au moment où le président du tribunal de commerce devenait maire de la ville et aussi, à l’instant où le président du TGI achetait un joli manoir (à bon prix), à la barre de ce même tribunal ! Incroyable mais vrai, des années après, le couple à la retraite verse encore des honoraires au mandataire liquidateur, « intouchable lui aussi » …     

C/6 PN : Comment la convoitise d’une société multinationale (membre du CAC 40), via l’entremise d’un cadre du groupe convoité « salarié complice et sans scrupule », se met en œuvre pour s’approprier un réseau national à l’enseigne connue du grand public, sans en payer le prix, tout en ruinant le couple d’entrepreneurs propriétaire et fondateur de l’ensemble. Derrière cette affaire on découvre les convoitises – les acteurs - les méthodes d’un patronat « voyou ». S’insère dans ce jeu de spoliations aux entrées multiples, un mandataire judiciaire, lequel participe au dépeçage final, via des honoraires exorbitants, à l’instant où le couple approche les soixante dix ans, en usant de procédés « limites » pour le mettre à la rue, en exigeant des honoraires exorbitants (de l’ordre du demi million d’euros), via la mise en vente de leur résidence principale…

Mais le plus grand gagnant de cette déconfiture, comme le dira le couple, aura été notre concurrent, « Gymnase » … (filiale de la multinationale) puisque intégré à N-------, il sera cédé ensuite au Club M----------- quelques années plus tard pour 41 millions d’euros.

Une affaire qui révèle les mœurs à la Française de la finance folle sur fond de dérives et dysfonctionnements judiciaires extraordinaires !!! Ainsi, les actifs du groupe ont été cédé à un repreneur pour deux millions d’euros, alors qu’un an plus tôt, il en offrait cent, sic…

C/7 GJ : Homme pugnace, qui a fait une grève de la faim, puis de multiples marches en France avec sa « brouette », pour dénoncer l’injustice, celle d’une spoliation en tant qu’héritier de son propre père, héritage qui intégrait en particulier la propriété viticole, très convoitée dans le Bordelais. Derrière son histoire, outre les contradictions apparues dans l’application du Droit, on découvre les combinaisons avec des notables locaux, qui ont pignon sur rue, avalisées par la justice économique…

C/8 BH : Corruption, détournement de fonds dans l’univers des donations au sein d’une organisation connue de tous les Français. Cette organisation collecte des sommes considérables, avec le quasi absence du contrôle de l’Etat, où des auxiliaires de justice sont directement mis en cause, captant à leur propre profit des montants exorbitants.

Un homme proche du milieu animalier, via deux modestes associations fait preuve d’un courage exceptionnel pour dénoncer et révéler les dessous des pratiques indignes de cette organisation : « cet homme, sur un sujet qui intéresse la quasi-totalité des Français est un véritable lanceur d’alerte ... L’organisation mise en cause est structurée sur le plan national et intègre de nombreux emplois…

C/9 CCQ : Avec cette affaire, nous découvrons l’acharnement qui conduit à la maladie et à la mort de justiciables, sous les fourches caudines d’une famille de mandataires judiciaires, sans scrupules : 20 ans après l’ouverture des procédures judiciaires, CQ, veuve, confrontée à la maladie (cancer), alors que le passif des trois « boutiques » qu’elle possédait a été remboursé en totalité, n’arrive pas à obtenir les comptes auprès du liquidateur, qui convoite sa propriété d’exception, en bordure de mer en Bretagne. Son mari, ex-capitaine de verseaux (cinq gallons)  vient de mourir, terrassé par la situation et le chagrin, lui qui fut un des hommes clé de la dissuasion nucléaire (en liaison directe avec le Président de la République) en matière de sous-marin nucléaire. Il y a quelques années, plusieurs amiraux, voulaient apporter leur soutien à leur collègue, tant la situation est ignoble (le frère du défunt est amiral trois étoiles). Le défunt était récemment présent lors d’une réunion CNETH en septembre dernier, en présence de François Colcombet et Jean Lassalle. Mme …. est prête à témoigner devant les caméras de télévision…

 

4/ Résultat de recherche d'images pour "image finances gratuit libre de droit" Le bâtiment et l’immobilier, secteurs où il y a beaucoup d’argent en jeu, où se révèlent là aussi, des pratiques opaques sur fond de justice et d’administration fiscale, au parfum de scandales :

D/1 SC : Du jour au lendemain, une PME leader de son marché, avec un carnet de commandes bien rempli, sans conflits sociaux, dégageant des bénéfices, aux savoir faire reconnus est anéantie grâce aux mécanismes de prédation : banques et l’univers du renseignement – administration fiscale et mandataires judiciaires sont au banc des accusés.

La voie de salut du chef d’entreprise s’est caractérisée par un militantisme actif au nom des dysfonctionnements « graves » des services régaliens de notre Etat et du système bancaire en particulier…

D/2 CJ : Une affaire ordinaire d’un particulier où, au motif d’un différent avec sa banque, alors qu’en tant que propriétaire il n’y avait pas matière à être traité devant le tribunal de commerce, une juridiction d’exception s’empare de l’affaire, plus exactement du sort du complexe immobilier (demeure historique, qui fait partie des plus belles demeures dans la région du Languedoc Roussillon).

Avec le recul sur les évènements, sur fond de spoliation, on découvre pas à pas,  les convoitises de certains avocats peu scrupuleux, trop bien informés, qui agissent en bande organisée et en coulisse, pour s’emparer de l’habitat d’origine familiale, à l’histoire exceptionnelle : cette triste affaire va conduire le couple à la ruine, aux empêchements de vie, aux problèmes de santé. Elle démontre l’univers « mafieux » qui agit sur fond d’harcèlement, où règnent en maître des hommes de robe pour assouvir leur besoin d’enrichissement, au détriment d’autrui …

D/3 LL : Deux Banques & et un tribunal de commerce, main dans la main « au mépris du respect des lois en matière de justice » avec l’objectif, l’anéantissement d’un groupe industriel « familial » au moment où celui-ci  mettait en place un mariage industriel à dimension européenne. Le juge-commissaire, avec la complicité d’un cadre bancaire, du plus haut niveau de l’organisation de la première banque française, s’associaient pour acquérir « en sous-mains, au sein même du tribunal, les actifs mobiliers et immobiliers des entreprises à l’épreuve de difficultés devant le tribunal de commerce ».

Dans ces  démarches, deux ordres professionnels, de l’univers du chiffre et du droit, faisant partie des professions réglementées, étaient impliqués (vraisemblablement à leur insu) dans l’appropriation illégale des biens convoités : les preuves écrites et judiciaires démontrent comment se mettaient en œuvre les « magouilles », en bande organisée, la banque aux origines rurales, fut en partie condamnée et ne fit pas appel à la décision…   

D/4 SD : Dans la bonne ville d’Arnaud Montebourg (ex Ministre de l’Economie) et de Cécile Untermaier (l’une des rapporteurs sur le rôle de la justice commerciale à l’Assemblée Nationale), avec l’affaire SD, on découvre à nouveau l’appétit vorace d’un auxiliaire de justice.

A chalon sur Saône, l’affaire A ….  (ex mandataire de justice, ex mandataire financier de toutes les campagnes électorales d’un ex-Garde des Sceaux, n’a manifestement pas calmé l’appétit de certains membres de cette profession (tant contestée par les entrepreneurs, positionnée au second rang des professions réglementées, parmi les  plus gros contribuables Français : plus de 30 000 euros de revenus mensuels…).

Avec l’affaire SD, on a la démonstration du comportement scandaleux (un de plus) d’un auxilaire de justice réclamant en honoraires près de 60% du montant du passif total, alors que celui-ci a été intégralement réglé deux ans plus tôt par le débiteur lui-même : une honte qui a justifié l’intervention de Mme Untermaier.

5/ Résultat de recherche d'images pour "image e-commerce gratuite libre de droit" L’e-commerce, dans le champ de la mondialisation des échanges, n’est pas épargnée par des pratiques douteuses… Sujet vaste qui mériterait de grosses investigations de l’Etat et infiltrations pour découvrir les enjeux :

E/1 LM : Avec l’e-commerce, à l’instant où naissent des places de marchés « marketplace » sur la toile internet, fleurissent une multitude de TPE (très petites entreprises / revendeurs), inféodées aux organisations internationalisées, mais très souvent confrontées aux pratiques douteuses pour servir « l’immédiateté » des  internautes : derrière cette évolution des pouvoirs marchands, se profilent des pratiques corruptives, au goût amère de certains entrepreneurs qui en font les frais. Certaines banques ont flairé le fromage naissant, s’appropriant les fichiers de leur propre clientèle dans ce business aux potentiels juteux …

6/ Résultat de recherche d'images pour "image du chiffre libre de droit city londre"  L’univers du chiffre et des ordres professionnels, garant de la certification des actes de commerce, sont aussi concernées par des pratiques scandaleuses… du type des trois petits singes… Domaine où les lanceurs d’alerte sont particulièrement malmenés :

F/1 CJ : Membre d’une profession certificatrice, à l’occasion d’un dossier basique, il découvre une corruption qu’il révèle à son « patron »… Mais là, surprise, ledit patron reprend le dossier… Stupéfait, CJ  contrôle discrètement quelques autres dossiers du Cabinet dans lequel il est associé et là, surprise : de très nombreux dossiers s’inscrivent dans un même schéma de corruption. Devenu lanceur d’alerte, la vie de CJ est truffée d’embûches – de menaces – de cambriolages – d’accidents, en représailles à peine voilées.

Sa vie est devenue un enfer…  

F/2 GM : Chef d’entreprise à la retraite, ex dirigeant d’une ETI « Entreprise de Taille Intermédiaire » et membre de Légion d’honneur, qui a osé témoigner dans la défense d’une personne confrontée à une immense corruption (membre d’une profession réglementée), alors qu’il connait tous les dessous de l’affaire, se retrouve condamné en diffamation pour un euro : situation qui l’a amené à engager un combat au nom de l’éthique au moment où il a pris sa retraite d’ex dirigeant d’entreprise…

F/3 BE : Pour avoir osé remettre en cause l’ordre professionnel auquel il appartient et prouvé des dérives au sein même de son organisation, lors d’un conflit judiciaire, il découvre l’envergure de corruption qui sévit au sein de sa direction, mais, il se confronte alors à de multiples empêchements de vie, sans parler des menaces qui portent sur l’exercice de sa propre activité…

              Actions qui pourraient se mettre en œuvre en 2016, sous l’intitulé de :

« LES SPOLIES SE REFIFFENT »

A LA CONDITION QUE LES LANCEURS D’ALERTE

OBTIENNENT UNE VERITABLE PROTECTION

              Résultat de recherche d'images pour "images corruption gratuite clipart"  balance de la justice : Échelle de justice   

Les premières 25 HISTOIRES de personnes sélectionnées par CNETH (concernées par leurs propres affaires scandaleuses),

témoignent de leur « mésaventure

et

empêchement de vie ».

L’action d’ensemble stigmatise « la douleur, la fronde et la révolte » contre des actions de corruption et de conflits d’intérêts, tout en manifestant l’espérance d’une justice professionnelle indépendante, au dessus de tout soupçon.

Espoir fondé sur une justice en capacité de prononcer la réparation des dommages causés aux victimes (par des sanctions financières à la hauteur des préjudices subis « dans la durée »).

Cela, dès lors que les preuves concordantes seraient réunies à l’encontre des personnes ou des organisations « prédatrices », trop souvent positionnées en amont ou en aval des décisions de justice : démarches et convoitises fréquemment  organisées avec la complicité de responsables d’organisations intégrées au sein de la finance folle.

Attention :

Ne pas confondre dénonciation et délation !

 

 
 

 

 

Commentaires (4)

Maryvonne FAVROT
  • 1. Maryvonne FAVROT (site web) | 13/05/2016

La phrase que je voulait reprendre et qui m'a échappée est la suivante :

Il est curieux qu'un grand média de l'importance de TF1
respecte si peu le droit à l'image (de ceux qui se battent
au nom de l'intérêt général),
même sous couvert de la caricature et de l'ironie ..

En savoir plus sur http://cneth.e-monsite.com/pages/droit-de-reponse-a-tf1-cest-canteloup.html#goJxc0lmUu8KMVe8.99

Maryvonne FAVROT
  • 2. Maryvonne FAVROT (site web) | 13/05/2016

Je reprends cette phrase qui est tellement belle et juste , car ayant il y a quelques années été contacté par des journalistes de TF1 voulant sans doute faire de l'audience à propos des mandataires-judiciaires et tribunaux de commerce peut scrupuleux ..........Journaliste et caméraman sont venu à notre domicile nous écouter et nous filmer afin de diffuser l'horrible spoliation dont nous avons été victimes, nos séances se sont déroulées sur 2 jours avec des gens très professionnels . IL était temps qu'enfin un média nous aide à mette au grand jour ce que l'on nous avait fait subir et faire connaître ce que ces gens "dit magistrats qui ont prêté serment " sont capable de faire . Mais quelle ne fut pas notre surprise en regardant l'émission et notre affaire qui avait été coupée au montage par TF1 ;;;;;;;Ont-ils obéi aux ordres ??? Aux ordres de qui ????? AUX ORDRES DES BONNETS BLANCS ET BLANCS BONNETS ........... Regardez le site WEB dont j'ai mis le lien et vous comprendrez chers lecteurs , des centaines de victimes comme nous ont tout perdu à cause de ''tels charognards " si vous avez été victimes ,dénoncez les coupables bien qu'ils soient protégés ...........

Maryvonne FAVROT
  • 3. Maryvonne FAVROT (site web) | 13/05/2016

Je reprends cette phrase qui est tellement belle et juste , car ayant il y a quelques années été contacté par des journalistes de TF1 voulant sans doute faire de l'audience à propos des mandataires-judiciaires et tribunaux de commerce peut scrupuleux ..........Journaliste et caméraman sont venu à notre domicile nous écouter et nous filmer afin de diffuser l'horrible spoliation dont nous avons été victimes, nos séances se sont déroulées sur 2 jours avec des gens très professionnels . IL était temps qu'enfin un média nous aide à mette au grand jour ce que l'on nous avait fait subir et faire connaître ce que ces gens "dit magistrats qui ont prêté serment " sont capable de faire . Mais quelle ne fut pas notre surprise en regardant l'émission et notre affaire qui avait été coupée au montage par TF1 ;;;;;;;Ont-ils obéi aux ordres ??? Aux ordres de qui ????? AUX ORDRES DES BONNETS BLANCS ET BLANCS BONNETS ........... Regardez le site WEB dont j'ai mis le lien et vous comprendrez chers lecteurs , des centaines de victimes comme nous ont tout perdu à cause de ''tels charognards " si vous avez été victimes ,dénoncez les coupables bien qu'ils soient protégés ...........

Louise Michel
  • 4. Louise Michel (site web) | 13/05/2016

Le droit à l'image permet à toute personne de s'opposer - quelle que soit la nature du support utilisé - à la reproduction et à la diffusion, sans son autorisation expresse, de son image. L'autorisation de la captation ou de la diffusion de l'image d'une personne doit être expresse et suffisamment précise quant aux modalités de l'utilisation de l'image (pour quelle finalité l'autorisation a-t-elle été donnée, quelles sera la durée de l'utilisation de cette image ?).
Dans le cas d'images prises dans les lieux publics, seule l'autorisation des personnes qui sont isolées et reconnaissables est nécessaire. La diffusion, à partir d'un site web, de l'image ou de la vidéo d'une personne doit respecter ces principes. Le non-respect de cette obligation est sanctionné par l'article 226-1 du code pénal qui prévoit un an d'emprisonnement et 45 000 € d'amende.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×