LETTRE OUVERTE A MR MACRON

 

- Lettre ouverte - 

Résultat de recherche d'images pour "photo de l'elysée paris" 

MONSIEUR LE PRÉSIDENT,

SEREZ-VOUS CELUI  QUI OSERA  S’ATTAQUER AUX

MAUX DE NOTRE SOCIÉTÉ avec 50 milliards à la clé ?

12 axes d’actions sans concession,

dont certaines rapporteraient plusieurs milliards d’euros au budget de l’Etat,

tout en baissant le poids de la fiscalité et en offrant une juste rémunération du travail,

en particulier à l’égard des jeunes et des plus démunis

La totalité des axes d’actions suggérés au Président de la République,

sont consultables sur le site : http://cneth.e-monsite.com/

Reconnaître dans les faits, le bien-fondé et le respect de la classe-moyenne, en arrêtant le matraquage fiscal et l’excès de réglementation, y compris envers les retraités. De-même, vis à vis de la Jeunesse, nos élites doivent défendre le contrat social à la Française, à commencer par exiger l’arrêt de la pratique outrancière des CDD.

                                                                                                            Résultat de recherche d'images pour "tas de billets de banque"

Combattre sans la moindre concession, fraudes – mensonges – corruptions – évasions fiscales, y compris à l’égard des acteurs positionnés dans les mécanismes corruptifs, tels que Cumex-Files, avec des amendes dissuasives pour les banques ou organismes financiers, comme ce qui se passe aux États-Unis : « Objectif de la lutte contre corruption = recouvrement potentiel de 30 milliards d’euros & recouvrement Cumex 10 milliards ».

                                                                                                             Résultat de recherche d'images pour "image gratuite corruption"


Porter le minimum à vivre par famille, vis-à-vis des plus démunis à 1500 euros par mois : le travail doit permettre de satisfaire les fonctions vitales et la vie des familles !

 

Nécessité de réaliser des audits des services de l’État afin de corriger leurs excès en termes de fonctionnement. A l’écoute de nos concitoyens, force est de constater de nombreux gaspillages  et avantages indus sont tolérés, avec un Gouvernement qui doit donner le bon exemple.

Rétablir le climat de confiance vis-à-vis de la ruralité – des petites et moyennes villes, en mettant un terme à la suppression petit à petit des services publics. Il faut établir un noyau  sanctuarisé de  services minimum d’intérêt général « poste – hôpitaux – maternité, etc. » dans chaque rayon de 40 à 50  km » des principaux lieux de vie, au moment où, sous l’influence de la pensée unique, certains aimeraient face à la mondialisation, transformer notre pays en un modèle unique « du vivre ensemble », en France, au mépris de l’histoire et des spécificités locales et régionales.

Permettre aux journalistes d’avoir plus d’indépendance vis-à-vis des puissances financières, leur permettant ainsi, de traiter des sujets, au plus près des réalités économiques et sociales, en dehors de toute pratique Jacobine. Protéger les savoir-faire des filières agricoles et industrielles, vis-à-vis de notre peuple qui veut conserver sa souveraineté.  Et, surtout, ne pas refuser systématiquement au nom d’une orthodoxie budgétaire, tout déficit pour faire de l’investissement sur fond de financiarisation outrancière de la société.
 

Il faut établir un noyau  sanctuarisé de  services minimum d’intérêt général « poste – hôpitaux – maternité, etc. » dans chaque rayon de 40 à 50  km » des principaux lieux de vie, au moment où, sous l’influence de la pensée unique, certains aimeraient face à la mondialisation, transformer notre pays en un modèle unique « du vivre ensemble » en France, au mépris de l’histoire et des spécificités locales et régionales.Rétablir le climat de confiance vis-à-vis de la ruralité – des petites et moyennes villes, en mettant un terme à la suppression petit à petit des services publics.

Il faut rééquilibrer également les fonctions vitales de l’entreprise de proximité (offrir du travail par la proximité des activités), moyen de satisfaire la clientèle, tout en permettant aux salariés de s’épanouir dans leur activité professionnelle. Ainsi, notre pays redonnera une vraie place aux entreprises à taille humaine, sur l’ensemble de nos territoires, y compris en milieu  rural. Est-il besoin de rappeler que ce type d’entreprise offre le moyen de maintenir le lien social,  et non la recherche systématique de l’élitisme comme on a pu le constater ces trente dernières années.
 
Arrêter le jeu de massacre des entreprises à l’épreuve de difficulté, notamment vis-à-vis de celles à taille humaine (artisans – agriculteurs – professions libérales – TPE – PME/PMI – ETI entreprises sous-traitantes des multinationales).  Avec en moyenne 60 000 entreprises liquidées chaque année (à raison de 7 salariés par entité, soit près de 400 000 emplois détruits) dans la plus grande indifférence, sans compter le grand nombre de suicides où les familles durablement traumatisées voire ruinées, notre pays et ses pratiques institutionnelles, favorisent les schémas de « prédation » en terme de pratiques économiques et du point de vue social, celui de la logique d’exclusion.
 
Des professionnels de la casse économique et sociale accumulent des fortunes considérables, au nom de la justice commerciale (notamment des membres de professions réglementées), comme l’a rappelé de multiples rapports d’Etat (vraisemblablement oubliés dans les archives de la République). Ces professionnels se positionnent parmi les premiers contribuables de notre pays, sans pourtant, n’avoir jamais été entrepreneur eux-mêmes.

Dure réalité à la Française, avec des juridictions consulaires d’exception, où la captation de 95 %  des sommes récupérées  sur la vente des actifs des entreprises liquidées (à des prix bradés souvent entre initiés) sont affectés aux honoraires indécents et non justifiés), obtenus sans la moindre prise de risque ni valeur ajoutée.Contexte où plus de deux millions d’entreprises à taille humaine de moins de 20 salariés (soit 95% des entreprises Françaises) procurent plus de 4 millions d’emplois et réalisent 30% du Produit National Brut (PNB)

Notre Président de la République, qui se veut être le soutien de l’entreprise pour combattre la pénurie d’emploi, devrait clamer, qu’avant d’entreprendre, notre pays, intègre le droit d’échouer et celui de rebondir ! Une faillite sur 3 en Europe est française et le taux de défaillance de nos entreprises est trois fois supérieur qu’aux États-Unis !

Accorder une véritable reconnaissance et réelle protection à l’égard des lanceurs d’alerte. Refuser la concurrence déloyale en France  pour ceux qui viennent d’un autre pays de la CEE, travailler sur notre sol avec des charges non équivalentes.

Imposer la participation des GAFA à l’effort collectif, trop souvent  apatride lorsqu’on parle d’impôts et de responsabilité sociale. Réviser l’octroi du CICE  aux entreprises qui maintiennent ou développent l’emploi et non pas aux grands groupes, qui l’utilisent comme une seule variable d’enrichissement (près de 40 milliards d’euros).

 
   
 
  Organigramme : Bande perforée: « Mis en place sous l’autorité de l’ex-Ministre de l’économie Emmanuel MACRON »
43 Milliards pour le CICE, le dispositif se révèle être, l’un des plus grands scandales financiers de la Ve République.
Mécanisme conçu sous l’autorité de l’ex-Premier de François HOLLANDE, la plupart des Français ne comprennent pas pourquoi l’Etat à consacré autant d’agent avec un montant de 43 milliards d’euros, alors que très peu d’emplois et d’investissements ont été créés…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Porter à la connaissance des citoyens la composition de la dette publique, qui sont les Etats et organisation prêteurs  de cette dette publique de 2300 milliards d’euros (dette égale à 100% du PIB) et des circuits de financements, avec pour objectif de réduire les l’intérêt de moitié, en limitant le taux à 1% pour les 5 années à venir… «  Baisse de charges potentielles : de l’ordre de 20 milliards dans le champ d’une renégociation »

                                                                                                                  
LE  CRI D’ALARME LANCE PAR LES GILETS JAUNES,
SERA-T-IL SALVATEUR POUR RETABLIR
LA CONFIANCE DANS NOTRE PAYS ?
Résultat de recherche d'images pour "gilet jaune photo"
 

« CNETH (Coordination Nationale des Entreprises à Taille Humaine), avec le soutien de ses deux présidents d’honneur, durant deux décennies, souvent en délégation de 5 à 10 personnes, à l’appui de multiples rapports, ont rencontrés à de nombreuses reprises les plus hauts dirigeants de l’ETAT (4 fois à l’Elysée – près de dix rencontres au Parlement – contacts auprès de ministères – rencontre auprès des plus hautes instances de la justice – de l’ordre de 200 correspondances avec les Parlementaires, etc.) – rencontres au niveau de l’Europe… Des membres de l’organisation ont participés, par leur contribution, au travail de plusieurs Commissions d’enquêtes ».

Aujourd’hui, face à la détresse et la situation anxiogène de millions de nos compatriotes, CNETH apporte son soutien modéré, à plusieurs des revendications des Gilets jaunes…

Malgré le militantisme des adhérents et sympathisant 100% bénévoles et la pertinence de multiples rapports remis à la représentation nationale, vis-à-vis des plus hautes instances de l’Etat, la CNETH n’a cessé d’attirer l’attention des élites, en particulier vis-à-vis de la destruction massive des outils de production, notamment des entreprises à taille humaine. Destruction qui selon nos analyses à produit un chômage récurant (de l’ordre de 5 millions de personnes) et l’exclusion de près de 20% de la population Française dans une logique de pauvreté, celle du quart monde (10 millions de personnes), où le minimum vital n’est plus assuré.

Non seulement les élites sont restés sourdes, mais plus graves encore, les rapports, y compris au sein des services d’Etat ont vraisemblablement finis dans les archives.

Nombreux de nos interlocuteurs, souvent issus de l’ENA, avec les alternances politiques ne sont plus aux postes où nous les avons rencontrés, mais pour la majorité d’entre eux, via le jeu « des chaises musicales », poursuivent leur carrière (avec d’enviables rémunérations) dans des institutions financières ou dans des postes stratégiques de sociétés du CAC 40, alors que les rapports remis et commentés, eux, finissent dans l’oubli des archives de la République.

Pourtant nos plus hauts responsables ont été sollicités

et des rencontres ont eues lieues à leur demande

sous les gouvernances de : « CHIRAC - SARKOZY – HOLLANDE ».

Michel GUERBET : Président d’honneur de la CNETH, Docteur en médecine – chercheur, ex dirigeant du groupe GUERBET (à l’origine des découvertes des produits de contrastes et de la mise en place des IRM), aujourd’hui retraité, est un homme de conviction engagé dans des combats éthiques au niveau international et contre la corruption financière de haut niveau

François COLCOMBET : Président d’honneur de la CNETH, Député honoraire, ex Magistrat, ancien Monsieur Drogue au sein de l’organisation judiciaire et 1er rapporteur du texte TRACFIN en liaison avec Nicole QUESTIAUX (Ministre de l’économie solidaire) et Pierre BEREGOVOY (1er ministre)

Didier LOISEL : Président fondateur de la CNETH, ex-entrepreneur, co-auteur de multiples ouvrages, dont celui sous l’intitulé d’Arrêtons la Jeu de Massacre / 500000 entreprises détruites en 10 ans / Ouvrage remis à tous les parlementaires, lanceur d’alerte, qui a participé à plusieurs commissions d’enquête.

François BOURLET : Vice-président de la CNETH, co-auteur et éditeur de nombreux ouvrages – entrepreneur, membres de multiples organisations patronales, dont celui d’Arrêtons la Jeu de Massacre / 500000 entreprises détruites en 10 ans.

Bernard SCHMINKE : Membre fondateur et vice-président de la CNETH, entrepreneur, responsable d’organisations patronales, vice-présent du SAMU-SOCIAL AGRICOLE

Michel CHANU : Membre du conseil d’administration de la CNETH, agriculteur et ancien commerçant, militant pour la défense de la ruralité et du monde agricole

A voir, les multiples actions de la CNETH, via le site :   http://cneth.e-monsite.com/

A lire, les rapports d’Etat, sur lesquels CNETH s’est investi :

A découvrir l’ouvrage Arrêtons Le Jeu de Massacre « AJM » /  http://cneth.e-monsite.com/pages/livre-arretons-je-jeu-de-massacre.html

 

 

×