POURQUOI CNETH SERA T - ELLE REPRESENTEE A LA COP21 ? ... CORRUPTION : QUE DIABLE FAISONS - NOUS ?

DOCUMENT EN COURS DE PREPARATION

Résultat de recherche d'images pour "corruption image gratuite libre de droit d'auteur"

CORRUPTION :

QUE DIABLE FAISONS-NOUS ?

LE MONDE ENTIER EST CONCERNE ...

Ajoutée le 27 oct. 2015

http://www.arte.tv/guide/fr/062278-00...
Professeur de droit et d’éthique à Harvard, fin constitutionnaliste, Lawrence Lessig a été le conseiller de Barack Obama en 2008. Alors qu’il aurait pu prétendre à la fonction de juge à la Cour suprême, il a décidé de se rebeller contre le système. Depuis plus de sept ans, cette icône de la culture libre sur Internet, dénonce sans relâche l’emprise des intérêts privés sur la démocratie américaine.

Qui gouverne ? Comment préserver l’intérêt général quand partout, l’argent semble remplacer le vote ?
Depuis sept ans, Lessig dénonce sans relâche l’emprise des intérêts privés sur la démocratie américaine. Défenseur de la culture libre sur Internet et fondateur de Creative Commons, c’est un pilier de la Silicon Valley. Professeur de droit et d’éthique à Harvard, conseiller d’Obama en 2008, fin constitutionnaliste, il connaît tous les rouages de Washington. Il aurait pu être juge à la Cour Suprême. Il a décidé de se rebeller pour sauver l’intérêt général. Avec en cette période de campagne aux Etats-Unis, un plan qui peut paraître démentiel : se faire élire président, dans le but de faire passer ensuite par référendum une seule réforme dont l’objectif serait de rendre le pouvoir aux électeurs. Après quoi, il démissionnerait. Mais ce projet n’a pas convaincu les démocrates, qui ont décidé d’ignorer sa candidature. Lessig a néanmoins lancé une campagne de financement participatif qui lui a permis à la date du 6 septembre de recueillir 1 million de dollars. Il maintient donc sa candidature et afin de pouvoir défendre ses idées sur les plateaux de télévision, il a renoncé à sa promesse jugée farfelue, à savoir sa démission le moment venu.
Lessig est l’exemple américain d’un mouvement mondial de désobéissance civile contre l’argent en politique. Aujourd’hui, 96% des Américains considèrent que la situation au Congrès est inacceptable. Et 91% considèrent qu’il n’y a rien à faire. Larry Lessig qui veut "réparer le système corrompu" et faire revivre la démocratie, a tenu sa dernière conférence TED* en mars 2014, sur le thème de "La marche inéluctable jusqu’à la réforme politique".
Nous l’avons suivi sur les routes du New Hampshire, épicentre de la campagne présidentielle, et donc de son action.

 

Quel rapport entre l'expression de 

Lawrence LESSIG "USA"

et

les prises de position de CNETH ?

Proche du milieu entrepreneurial dans un univers où le juridisme envahit les activités de ceux qui osent, lesquels sont confrontés aux concurrences déloyales liées à l'argent sale et à la corruption (qui envahit l'économie réelle), CNETH apprécie les femmes et les hommes de courage qui cherchent à combattre cette endémie qui paralyse les démocraties, provoquabnt la demobilisation d'un grand nombre de citoyens  Français - Européens - Américains, ou tout simplement citoyen du monde ...

Nous nous réjouissons à l'écoute de Lawrence LESSING, perspnnage d'exception qui ose dénoncer ouvertement l'immense corruption qui frappe les Etats-Unis, sujet où les politiques ont trop souvent une attitude timorée.

A la COP21, à l'occasion du rassemblement de 195 pays, nous sommes heureux de savoir que deux autres personnages d'exception, au franc-parler, seront présents, s'agissant de François COLCOMBET (Magistrat Honoraire - Ex Député) et de Jean LASSALLE (Député - membre de la Commission finance de l'Assemblée Nationale) : ces trois personnalités, à elles seules, incarnent le courage, celui de dire non à certaines situations, lorsque l'intérêt général et le vivre ensemble sont en graves dangers ...

Résultat de recherche d'images pour "corruption images libres de droit gratuites"

POURQUOI CNETH

SERA T-ELLE REPRESENTEE

A LA COP21 ?

CNETH sera don présente et représentée à la COP21.

En préambule, alors que le lobbying est en plein action, notamment celui orchestré par certaines multinationales, CNETH tient à rappeler que son combat militant, s'inscrit dans la défense de la pétitesse, celle des entreprises à taille humaine (ETH) qui créént les nouveaux emplois, celles qui innovent, celles qui transmettent les savoir-faires de génération en génération, qui ensembles, dans tous les pays du monde, notamment dans les 195 pays qui auront participé à la COP21, représentent le plus grand nombre : en France, selon qu'on intègre ou non les exploitations agricoles et les artisans, elles représentent près de trois millions d'entreprises ... 

  • A la COP21, CNETH affirme défendre des entreprises à taille humaine spécialisées dans la biomasse et leurs savoir-faires . A cette occasion, c'est le moment de remercier les organisateurs du XXIème rassemblement mondial, d'avoir choisi sous l'autorité de B. CARRIER, un regroupement d'entreprises à taille humaine (Françaises) pour réaliser  le "Jardin de la COP21 au Bourget. Ainsi, sous l'autorté de "PLANTATION BIO", ces entreprises se font reconnaître, même modestement (et ensemble) comme associées à la réalisation de cette oeuvre, celle du "JARDIN".
  • Mais d'un autre coté, nous savons que ces entreprises sont parfois jetées aux orties par de grands groupes, sans pouvoir jusqu’à présent faire valoir leurs droits, suite au comportement honteux d’un acteur majeur d'une société relevant du Cac 40. Au delà de la COP21, CNETH ne manquera d'apporter son soutien aux entreprises, où les engagements contractuels d'une multinationale associée, n'auront pas été tenus ...
  • Plus généralement, peut-on continuer d’accepter "des exécutions sommaires", au motif de faire disparaître ses (futurs) concurrents et laisser s’accaparer le savoir faire de nos PME-PMI, sans bourse déliée ?
  • Prochainement, CNETH mettra en ligne des exemples concrets d'entreprises, dont l'une d'entr'elles pourrait par son activité novatrice, être créatrice de près de 10000 emplois au cours des années à venir.
  • Ainsi, l'activité militante de CNETH trouve sa plénitude dans le soutien d’une façon plus générale des petites entités face aux grands groupes, qui au nom de la finance folle, peuvent violer des accords, tromper leurs partenaires ou clients, en un mot, piétiner toutes les valeurs de nos démocraties ? ( ex Volkswagen, Crédit Mutuel, SG, BNP) ...

  • Non l’argent ne peut pas tout acheter ! CNETH veut protéger la créativité et la petitesse , très complémentaires aux « géants » sans que ces derniers bénéficient d’un véritable « permis de détruire » quand bon leur semble, en fonction de leurs seuls intérêts, sans que nos politiques les encadrent, au nom d’un libéralisme qui se cache en fait derrière un simple rapport de force brutal, injuste, dévastateur pour notre économie. Quand on sait que près de 70% des nouveaux emplois sont crées par les PME-PMI, à l’heure de la bataille pour l’emploi, où sont les mesures pour protéger nos PME-PMI ?

Assez de discours , des actes pour témoigner devant le monde entier des archaïsmes « à la française » qui animent le capitalisme français, où seuls les lobbies sont reconnus et protégés, l’intérêt général au  service des intérêts privés…ou toute difficulté voue à la mort nos PME-PMI ( 95% de nos entreprises sont liquidées à la moindre difficulté, et les actifs enrichissent de façon éhontée les professionnels de la casse, sans aucune prise de risque ni valeur ajoutée).

Nous devons sauver notre patrimoine industriel, nos savoir-faires, tout ce qui fait la richesse de notre culture, de notre pays, à moins de se retrouver, plus tard, mais bientôt dans un vrai désert industriel aueffets désastereux en matières économique et sociale …  

Résultat de recherche d'images pour "image libre de droit gratuite petrole"

Le prix du carbone,

sous le lobbying des pétroliers,

devient un enjeu ...

Quels seront les incidences sur les entreprises

et les consommateurs ? Quels seront les incidences

sur les territoires et deplacements

des populations?

 Résultat de recherche d'images pour "image libre de droit gratuite petrole" picto-energie-couleur Énergies OGCI :

Business et défense de l'environnement

font-ils bon ménage ?

La réponse de Matthieu Auzannneau

Le 28 Oct 2015 à 15h45

A l'occasion de la tenue de l’Oil and Gaz Climate Initiative à Paris, qui a vu 10 pétroliers et gaziers prendre des engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique, plusieurs associations environnementales ont souligné les limites de l'exercice. L’ONG "InfluenceMap" en particulier a évoqué un "double langage" des industriels de l'énergie qui appellent à une taxation du carbone. Qu'en est-il exactement ? Matthieu Auzanneau (spécialiste du secteur pétrolier, membre du ShiftProject, auteur de "l'Or noir"), décrypte la stratégie des énergéticiens, à la fois soucieux de l'environnement et de la défense de leur business.

picto-energie-couleur Énergies

Qu'est-ce que le marché du carbone ?

Le 02 Sep 2015 à 15h01

Carbone, CO2, gaz à effet de serre, quotas…comment faire son marché ...

 

Marché du carbone : qu’est-ce que c’est ?

C’est un mécanisme de politique publique permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre (principalement le CO2) dans l'atmosphère, responsables du réchauffement climatique. Dans le cadre du principe du pollueur-payeur, il fonctionne sur la base de l’échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre, crédits carbone et quotas carbone. Il existe plusieurs marchés du CO2, chacun ayant son propre cours et ses propres règles.

Quotas de CO2 : comment ça marche ?

1 quota = 1 tonne d’émissions de CO2. Une entité publique ou privée, ou un Etat, par exemple, fixe aux émetteurs de gaz à effet de serre (GES) des plafonds d’émissions plus bas que leurs émissions actuelles. Ils leur distribuent des quotas correspondant à ce plafond. A la fin d’une période définie, les émetteurs doivent rendre un volume de quotas équivalent à leur volume d’émissions sur la période. Si l’émetteur dépasse son plafond, il devra alors racheter des quotas, ou se voir infliger une lourde amende. En revanche, si l’émetteur n’a pas atteint son volume de quotas, il peut alors vendre son excédent. Commence alors le commerce de quotas. Le prix de la tonne du CO2 n’est donc pas fixe et dépend de la loi de l’offre et de la demande.

Au mois de février, l’EU ETS, le plus grand marché du carbone au monde, a été réformé. Une réserve de stabilité de marché a été créée : elle devrait permettre de réguler le marché en retirant des quotas d’émission de CO2 en période de récession et, à l’inverse, en en redistribuant en période de croissance.

Quel est l’objectif de ces marchés ?

Donner un prix au carbone est un moyen d’orienter les investissements et les comportements, à l’échelle mondiale. Les quotas doivent inciter les émetteurs de GES à réduire leurs émissions, par exemple en réduisant leur consommation d'énergie ou en utilisant des énergies renouvelables plutôt que des énergies fossiles.

Bémol : en 2005, la Commission européenne avait tablé sur un prix de la tonne de CO2 aux alentours de 30 euros. Or aujourd’hui, son prix oscille entre 6 et 9 euros. Ce qui est loin d’inciter les émetteurs à investir dans des procédés industriels moins polluants.

Pour relancer le marché, la Commission a proposé au mois de juillet, de durcir sensiblement les conditions d'octroi des quotas d'émission gratuits, pour l'après-2020, en réduisant notamment de 21 % la quantité globale de quotas de CO2 alloués entre 2021 et 2030. 

http://www.politiques-energetiques.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×